Amis-Lecteurs (Les Lectures d'Angeselphie)

Amis-Lecteurs (Les Lectures d'Angeselphie)

(Ben Mohamed Meriem) Coupable d'avoir été violée

//www.mollat.com/cache/Couvertures/9782749919256.jpg

 

Editions Michel Lafon

16.95 euros

284 pages

 

 

4ème de couverture

 

Tunis, un soir de septembre 2012. Deux amoureux s'embrassent dans une voiture, loin des regards indiscrets... Soudain, trois policiers surgissent, crient au scandale, et sévissent. Pour Ahmed, ce sera le racket ; Meriem, elle, subit plusieurs viols. Quand la jeune femme veut porter plainte, tout le monde se défile. Et quand enfin elle y parvient, c'est elle qui se retrouve accusée d'atteinte aux bonnes moeurs. Une fille en jupe et tête nue, en compagnie d'un homme, la nuit ! Elle est passible de six mois de prison. De plus, si elle a été violée, elle n'arrivera pas vierge au mariage : le déshonneur touche toute sa famille. En somme, là aussi, elle est coupable. Meriem redoute les réactions de son père et de son frère s'ils découvrent ce qui lui est arrivé... Grâce au soutien de son fiancé, à la mobilisation de ses avocats et de tous ceux qui, en Tunisie et à l'étranger, prennent sa défense, elle bénéficiera d'un non-lieu en novembre 2012. Mais le mal est fait. La honte est sur elle, les amis s'éloignent, les voisins ne la saluent plus... Si cette douloureuse histoire est devenue une affaire d'État et a ému la communauté internationale, c'est qu'elle est emblématique de la situation paradoxale des femmes tunisiennes : autrefois les plus libres du Maghreb, aujourd'hui menacées dans leurs droits les plus élémentaires.

 

 

Mon avis

 

Un livre découvert grâce à ma voisine (et amie) de camping qui sait que j'adore les témoignages. Après avoir lu le résumé, j'avais déjà la chair de poule mais je l'ai ouvert tout de même. A la fin de cette lecture, j'en ressort horrifiée. Un calvaire que je n'imaginais même pas possible. Je vous explique...

 

On entend, assez régulièrement, dans les médias, des atrocités que subissent les femmes dans certains pays africains et asiatiques. On parlera notamment du crime d'honneur, de l’excision ou encore de la lapidation. L'histoire dont je vais vous parler ce soir, nous l'avons déjà entendu. Une femme qui se fait violer, cela n'a rien de nouveau. Par contre, quand cette dernière se fait accuser d’atteintes aux bonnes mœurs et qu'elle risque la condamnation... Cela devient inimaginable.

 

A travers ce livre, nous allons suivre l'histoire de Myriam, rebaptisée Meriem afin de ne pas être reconnue dans la rue. Cette jeune femme vit en Tunisie. Un soir, elle raccompagne son fiancé en bas de chez lui. Dans ce pays, les relations homme/femme avant le mariage sont tabou. Il n'est pas envisageable qu'ils se fréquentent, sans la présence de quelqu'un d'extérieur, avant le mariage. Pourtant, ce soir-là, au coin d'une rue, elle se gare pour lui dire au revoir. Si seulement elle avait pu imaginer les conséquences de son geste... Très rapidement, une voiture s'arrête et trois policiers en sortent. La peur traverse ces deux jeunes amoureux. Mais ce qu'ils imaginent n'est rien à côté de ce qu'ils vont vivre. Ces hommes, qui représentent la loi, se sentent au dessus de celle-ci. Ils sont puissants, rien ne peut leur arriver. Ce soir-là, ils vont violer cette jeune femme et racketter son fiancé. Ont-ils peur des conséquences de leurs actes? Aucunement, ils se sentent protégés. Détruits, les deux jeunes gens ne s'arrêtent pas là. Ensemble, ils vont porter plainte. Ils veulent que ce qui leur est arrivé servent à d'autres et que les coupables soient punis. Pourtant, ils sont loin d'imaginer la suite de l'histoire car en Tunisie, la femme n'a pas autant de droits qu'on le pense... Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir la suite de l'histoire par vous-même!

 

Je n'ai pas envie, comme à mon habitude, de vous parler des personnages ou encore du style. Ce n'est pas ce que demande ce livre. Ce qu'il faut en retenir? Que ce livre nous dévoile la condition des femmes en Tunisie mais que surtout, il s'agit d'un très beau et complexe combat vers la liberté ainsi que les droits fondamentaux.

 

Des larmes, j'en ai versé. De la haine, j'en ai eu énormément envers les policiers. La corruption est interdite et immonde. Le dénouement de cette histoire m'a bouleversé, les condamnations m'ont rendues malade...

 

Ce livre, très dur et délicat par son contenu, est à découvrir absolument. Il nous éclaire sur la vie des femmes dans d'autres continents. Des vies que l'on imagine même pas!

 

 

Challenge

 

Cette lecture s'inscrit dans le cadre du challenge: 

 

1) "Petit Bac 2014", Catégorie "verbe".

 

 

 



13/08/2014
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 157 autres membres